Connaissez-vous Ingrid ?

Publié: 4 mars 2008 par astringues dans Société
Tags:, , , , ,

Graffiti d’Ingrid Bétancourt à ParisVous connaissez Ingrid Bétancourt ? Pas personnellement bien sûr, mais vous n’avez pas pu éviter d’entendre parler de cette femme extraordinaire séquestrée depuis 6 ans par les infâmes guérilléros des FARC, bien sûr. Des photos géantes pendant de nos édifices publics jusqu’au journal permanent de sa vie d’otage dans les médias, difficile de ne pas être au courant des malheurs de cette courageuse écologiste franco-colombienne. Au point que notre super président envisage d’aller lui-même la chercher au fin fond de la jungle, s’il le faut…

En fait, depuis combien de temps connaissez-vous Ingrid ? Bien moins longtemps que vous ne le croyez, et ce n’est pas la seule entorse à la vérité sur ce sujet.

Vu le raffut médiatique organisé ces derniers mois, on pourrait supposer que dès le début de sa captivité l’ensemble de la classe dirigeante française se serait émue de ce kidnapping.

Il n’en est rien.

Vous n’avez pas entendu parler d’Ingrid Bétancourt en 2002 au moment de sa disparition aux mains des FARC. Pas beaucoup plus en 2003, ni en 2004, ni en 2005… Curieusement, ce drame est devenu en quelques mois une affaire d’état, dont la France entière entend parler à travers tous les « grands » médias en suivant au jour le jour le feuilleton de son hypothétique libération. Alors pourquoi, ce tapage, et surtout : qui est Ingrid Bétancourt ?

La présentation qui nous en est généralement faite nous la rend forcément sympathique : victime de la guérilla, écologiste, à moitié française, l’air super cool sur les photos d’avant son séquestre ; on l’imagine pasionaria luttant pour de justes causes, de gauche probablement ou en tous cas très humaniste.

Mettons un peu de distance dans tout cela. Ingrid Bétancourt est née à Bogotá (Colombie) d’une mère colombienne et d’un père colombien. Même si elle a acquis par la suite la nationalité française, il est un peu spécieux de nous la présenter comme une compatriote. Soit, elle a fait des études en France et s’est mariée avec un français, mais les charters d’Horteufeux sont remplis de personnes réunissant ces conditions.

Ecologiste Ingrid ? Dans le meilleur des cas, on misera sur l’inculture des journalistes qui ne se sont posé aucune question sur le programme de son parti Vert Oxygène, ne retenant que la consonance environnementale du nom. En fait, la seule réelle revendication de cette organisation était la lutte contre la corruption. Elle n’a d’ailleurs eu qu’un succès limité, n’existant que de 1998 à 2002 et n’obtenant que trois élus en tout et pour tout.

Pasionaria de gauche ? Pas vraiment. Fille d’un ministre sous le régime ultra dictatorial du Général Rojas Pinilla, devenu par la suite diplomate, et d’une ancienne reine de beauté élue sénatrice des quartiers pauvres de Bogotá, un peu comme on fait ses bonnes œuvres, elle est plutôt connue pour son engagement dans le parti libéral colombien (de centre droit).

Alors qu’a-t-elle de particulier qui génère tant d’intérêt en France (et nulle part ailleurs en dehors de la Colombie) ? Son amitié avec Dominique Galouzeau de Villepin, peut-être ? Il est vrai qu’on sait se serrer les coudes, dans le monde de la diplomatie internationale. Mais peut-être n’était-il pas nécessaire de faire pleurer dans toutes les chaumières françaises, larmes qui – en cas de libération d’Ingrid – sècheraient bien trop vite au goût des 4 999 autres otages des diverses guerillas et organisation paramilitaires de Colombie, et dont personne ne se soucie.

Selon que vous serez puissant ou misérable…

Photo : Damouns

Publicités
commentaires
  1. […] nous rappelant les écarts de salaires selon le sexe, la situation dramatique d’Ingrid Bétancourt qui est déjà proposée pour devenir femme de l’année, où la situation difficile de la […]

  2. De toutes façons il n’y a pas réellement de bonnes pratiques dans notre réaction au cas médiatique Bétancourt :
    – si on écrit ce que je viens de lire dans le texte précédent signé Astringues, c’est à dire Bétancourt n’est pas toute rose (et encore on n’évoque pas les convictions catholiques profondes de notre ex-otage), on passe pour un irrémédiable goujat de seconde zone et on oublie de dire que son livre que j’ai lu quelques temps avant sa détention est vraiment très beau et fort
    – si on dit rien sur ce déchainement médiatique hystérique, on est vraiment des moutons (qui ne dit mot consent dit le proverbe).

    J’ai juste envie de dire que j’ai pleuré, que j’ai songé à ses proches soulagés, que je me suis dit : est-ce normal que la France entière ait vu ses enfants grandir et pas elle leur mère ?

    Moi ce qui m’a le plus choquée dans ce vacarme médiatique autour de Renaud et des comités de soutien, c’est la position des artistes bien molle, consensuelle, se mêlant de politique comme moi je pourrai demain matin décider de devenir chirurgien dentiste : pire que de l’amateurisme ! Nos artistes devraient nous ouvrir les yeux, ils nous les embuent de larmes puériles et sirupeuses. Même nos émotions sont trafiquées !

    Ah si Pierre Desproges pouvait revenir ! Libérons Pierre Desproges, otage du paradis des poètes libres penseurs…

Exprimez-vous sur le sujet :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s