Libé, les intellos et les bobos

Publié: 17 août 2010 par astringues dans Médias, Société
Tags:, , ,

Le journal Libération a récemment publié sur son site internet un « appel d’intellectuels » (sic) destiné à empêcher la lapidation de Sakineh Mohammadi-Ashtiani. Je souscris bien évidemment à la défense de cette jeune femme dont la seule faute est d’avoir eu des relations adultérines et qui moisit déjà depuis cinq ans en prison en attendant une exécution capitale qui semble se rapprocher. Je m’inquiète cependant également sur d’autres cas fortement probables de femmes menacées de par le monde, y compris dans d’autres pays que l’Iran.

Mais là n’est pas mon propos. Non, ce qui m’interpelle, c’est de lire la liste des intellectuels selon Libé qui co-signent cet appel.

Qu’est-ce qu’un intellectuel ?

Selon l’excellent Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (www.cnrtl.fr), c’est une « Personne qui, par goût ou par profession, se consacre principalement aux activités de l’esprit. » C’est clair, mais un peu réducteur car en ces termes je pourrais me considérer moi-même comme un intellectuel, ce que ma modestie, mon savoir et le peu d’influence que j’exerce sur la société m’interdisent.

Selon Wikipédia, « Un intellectuel est une personne dont l’activité repose sur l’exercice de l’intelligence, qui s’engage dans la sphère publique pour faire part de ses analyses, de ses points de vue sur les sujets les plus variés ou pour défendre des valeurs, et qui dispose d’une forme d’autorité. » Voilà qui se précise : il faut un engagement dans la sphère publique, des analyses, des valeurs et de l’autorité. On peut donc considérer en résumé qu’un intello est quelqu’un dont le métier n’est pas la sphère publique (donc exit les politiques) mais qui utilise son « activité qui repose sur l’exercice de l’intelligence » pour exprimer ses convictions et apporter sa réflexion à la société dans laquelle il vit.

La liste de Libé

À l’aune de ces définitions, observons la liste des signataires de l’appel, que Libé nous définit comme intellectuels. On peut faire un tir groupé :

Les politiques : Comme on vient de le voir, on ne peut pas les considérer comme des intellectuels à part entière (même si l’histoire a montré que certains intellectuels se sont engagés dans la vie politique avec plus ou moins de succès). De plus, Ségolène Royal, Rachida Dati et Martine Aubry, malgré leurs qualités respectives, n’ont jamais été réputées pour mener une réflexion de fond sur la société dans laquelle elles vivent, elles ont un appareil qui travaille pour elles sur l’élaboration de projets, ledit appareil qui, lui, lit les intellectuels. Je passe sous silence le cas de Lionel Jospin, qui vient de signer ce matin, et dont l’apport à la philosophie politique contemporaine ne restera probablement pas dans l’histoire non plus.

Les people : Sans préjuger des opinions personnelles, de la sincérité ou de l’efficacité de leur engagement, des artistes comme Juliette Binoche, Bob Geldof ou Mia Farrow n’ont rien d’intellectuels ! Eussent-ils écrit des livres, films, pièces de théâtre ou encore peint des œuvres engagées, pourquoi pas ? Mais ce n’est pas le cas. Ce sont des célébrités médiatisées qui mettent leur notoriété au service d’une cause, et c’est déjà bien. J’ajoute Modiano dans cette catégorie, qui pour être écrivain ne brille pas par son engagement.

Les anciens : Jorge Samprún et Simone Veil. Pas de manque de respect de ma part, ni pour l’âge ni pour la contribution de l’un comme de l’autre à la vie publique du XXème siècle. Cependant ces personnes approchent du crépuscule de leur vie (que je leur souhaite le plus long possible) et ne sont plus depuis longtemps actifs au jour le jour. Là encore, on ne peut s’empêcher de penser que leur signature est tout au plus un cautionnement de cet appel, sans plus.

Les vrais intellos : Curieusement, on ne retrouve pas dans cette catégorie beaucoup d’occidentaux. Soyinka, écrivain dont les engagements lui ont valu de la prison, Marjane Satrapi, dont l’excellent Persepolis la qualifie définitivement pour prendre position sur le sujet, Taslima Nasreen qui fait campagne pour l’émancipation des femmes, Ayaan Hirsi Ali, connue pour son militantisme contre l’excision, Jody Williams, prix Nobel de la paix en 1997 pour la Campagne internationale pour l’interdiction des mines antipersonnel terrestres. ou encore Milan Kundera peuvent prétendre à cette qualification.

Et puis il reste le cas BHL. Si l’on s’en tient à la définition donnée en début de post, Bernard-Henry Lévy est un intellectuel. Bon, vu qu’il se mêle de tout et de rien du moment qu’on voit sa chemise blanche à la télé, on aurait du mal à considérer qu’il fait autorité sur tous les sujets. Cependant, on ne voit pas comment l’apôtre du sionisme aurait pu passer à côté d’une telle occasion de déverser sa haine du monde arabe et de l’islam (curieux, tiens, il manque Caroline Fourest à la liste).

C’est qu’au-delà de l’horreur du cas de Sakineh, celui-ci a lieu en Iran. Rappelons que la lapidation est un supplice pratiqué dans nombre de pays où est appliquée la charia : le Nigeria, l’Arabie saoudite, l’Iran, le Soudan, l’Afghanistan, le Pakistan, les Émirats arabes unis, le Yémen, etc, même si elle est de nos jours rarement appliquée. On comprend aisément que l’Arabie saoudite qui vient de louer un bout du Louvre pour y exposer son patrimoine culturel ne soit pas mis à mal pas la France. Par contre, l’Iran est de nos jours un formidable repoussoir : armes nucléaires, haine d’Israël, président incontrôlable, tout est réuni pour que ce pays passe pour l’axe du mal à lui tout seul.

Je me demande ce qu’en pensent les intellectuels de Libération ?

Publicités
commentaires
  1. dame Lepion dit :

    Je viens de voir
    http://www.liberation.fr/societe/0101655259-une-prof-d-histoire-suspendue-pour-avoir-consacre-trop-de-temps-a-la-shoah
    où on lit :
    «La faute que l’enseignante a commise n’est-elle pas d’être juive?», interroge Me Tadic
    et où
    « Libération a décidé de ne pas ouvrir cet article aux commentaires. »

    En exposant dans votre billet « l’apôtre du sionisme », ne craignez-vous pas les fameux relents qui font les bons procès en correctionnelle pour cause de politiquement incorrect ? Ouais, je sais, provocatrice je suis, mais pas tant que ça sur ce sujet…

    • astringues dit :

      Bonsoir Dame Lepion,
      Je pense que vous avez fait une erreur de manœuvre en atterrissant sur mon blog, mais le sujet est intéressant : Voyez-vous, en tant qu’athée un peu cultivé et ayant fait de maigres études d’histoire, j’ai l’impression que les données sont globalement faussées. Je m’explique : durant la Grèce antique, ainsi que dans l’époque post-romaine en Europe occidentale, le mercantilisme et l’usure sont mal vus par les sociétés en place, et les commerçants (phéniciens ou autres dans un premier temps, mais variés par la suite, voir les foires de champagne) ne trouvent pas leur place.
      Au-delà de ces considérations historiques (ou plutôt après) vient l’antisémitisme, qui à l’origine est à l’encontre des peuples sémites (juifs et arabes inclus, si, si, c’est possible) et est devenu une caution ou une défense pour toutes nos célébrités qui ont, de près ou de loin, une origine de ce type. Heureusement pour eux, ils ont un défenseur perpétuel tel que BHL, qui permet parfois de masquer leur manque de talent;
      Dernière précision : je n’ai jamais écrit un article intitulé « l’apôtre du sionisme ». Mais je reste ouvert à toute conversation sur le sujet.
      Cordialement,
      Astringues

      • dame Lepion dit :

        Bonjour Astringues,
        Non, je n’ai pas fait d’erreur de manoeuvre en atterrissant sur une des bonnes feuilles locales, j’ai nommé votre blog. Il n’y a pas de hasard, que de la prédestination (ouah, j’en fais un peu trop, là).
        Je vous remercie de votre intéressante réponse, que j’approuve tout à fait, mais qui m’a amenée à relire votre billet :
        …… « Et puis il reste le cas BHL. Si l’on s’en tient à la définition donnée en début de post, Bernard-Henry Lévy est un intellectuel. Bon, vu qu’il se mêle de tout et de rien du moment qu’on voit sa chemise blanche à la télé, on aurait du mal à considérer qu’il fait autorité sur tous les sujets. Cependant, on ne voit pas comment l’apôtre du sionisme aurait pu passer à côté d’une telle occasion de déverser sa haine du monde arabe et de l’islam (curieux, tiens, il manque Caroline Fourest à la liste). » …..
        Vous avez donc raison sur ce point , vous n’avez jamais écrit un article intitulé « l’apôtre etc ». Simplement cette expression est dans le corps du billet, et ne traduit qu’une vérité d’évidence d’ailleurs revendiquée par BHL. Et si je me suis permise d’appeler votre attention sur ce point, c’est parce que je suis sensibilisée à tous ces procès en pensée non-conforme instruits à tort et à travers, fondés sur des soupçons de relents d’intention larvée qui pourraient rappeler ceux dont Siné a payé de son emploi à Charlie-Hebdo.
        Voilà. Vous savez, on n’est jamais ni à l’abri, ni trop couvert. Hélas.
        Bien à vous,
        P.L.

      • astringues dit :

        Fort intéressant : j’ai cherché cette citation « apôtre du sionisme » partout sur mes posts, sauf chez moi. d’où mon erreur.
        Pour le reste, je partage vos vues et suit le premier à regretter la disparition de Siné Hebdo.
        Merci en tous cas d’avoir posé votre plume sur mes modestes élucubrations.
        Au plaisir de vous lire,
        Astringues

Exprimez-vous sur le sujet :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s