Les lames qui rasaient la mousse

Publié: 31 octobre 2010 par astringues dans Société
Tags:, ,

(Pour une fois, un article pour nous les hommes)

Je viens vous parler d’un problème essentiel pour la moitié ou presque de l’humanité : le rasage. Enfin, un peu moins de la moitié, parce que cela ne concerne que ceux qui achètent des rasoirs mécaniques dans la grande distribution, mais il reste pas mal de monde quand même.

Bon, je passe sur la course au lames qui semble avoir fini par s’arrêter. On avait bien compris il y a déjà longtemps que la première tire le poil et le tient bien en l’air pendant que la seconde le prend en traitre et par surprise pour le trucider vite fait.

Quand ils ont commencé à essayer de nous vendre des rasoirs avec trois, puis quatre lames, on se demandait par contre quel pouvait bien être le rôle des autres ? Genre la troisième ramasse les miettes de la seconde, la quatrième passe un coup de balai et la cinquième vérifie qu’on a pas laissé du matériel sur le chantier ? Heureusement les fabricants de ces ustensiles indispensables se sont calmés et qu’ils aient limité à deux ou trois, ce qui suffit bien, on n’a pas des joues de 50 cm non plus.

Par contre… il fallait bien trouver quelque chose pour nous faire changer de rasoir de temps en temps, vue qu’un bête manche sur lequel on ne clipse qu’un bout de plastique, ça ne s’use pas. Ils ont donc eu l’idée de génie de faire de nouvelle lames incompatible avec les anciens manches. C’est salaud, hein ? Parce qu’on avait rien demandé, nous qui nous rasons tous les jours avec leurs cochonneries de Gilkinson. Et puis c’est bizarre, c’est un peu comme si parce qu’une nouvelle version de Word venait de sortir, je ne pouvais pas lire les nouveaux fichiers avec ma version, la précédente ! Ah bon ? ça se passe aussi comme ça chez Microsoft ? Désolé, comme je n’utilise pas.

Mais revenons à notre rasage j’en arrive au plus important :

Quand l’image de l’homme dans la société modifie ma fréquence de rasage !

Dans les années 80, il fallait être un killer, un dur, un qui écrase tout le monde pourvu qu’il gagne, un… Bernard Tapie, oui, pourquoi pas, mais il y en avait quand même de moins truand. Dans les pub pour le rasage, on les voyait les mecs baraqué avec leurs tablettes de chocolat imberbes, s’envoyer de l’alcool à 90° à grand coups de claques dans la gueule après s’être rasé au rasoir 2 lames qui vient de sortir. Ah, c’était le bon temps !

Aujourd’hui les hommes sont de petites choses fragiles qu’il faut chouchouter le matin avant d’aller au boulot, à petits coups de crèmes ou gels peaux sensibles ou barbes dures, à petits coups de barres à l’Aloe Vera ou je ne sais quel autre truc adoucissant. Du coup, les lames ont presque honte de faire leur boulot et résultat des courses, sur une barbe de trois jours, ça rase plus. Oui, je sais, j’ai quelques faiblesses le week-end, et je laisse parfois le rasoir en RTT. Mais quand même ! Sous prétexte de nous câliner le matin, on nous vend des rasoirs qui ne coupent plus ! Donc me voilà obliger de me raser tous les jours, même le dimanche, ou sinon je flingue une lame à chaque fois (pour les filles et les barbus, ça coûte entre 1,20 € et 3,50 € LA lame).

Ceci dit, ça vérifie une fois de plus que la pub nous prend pour des cons : le beau mec de chez Gilkinson, aujourd’hui, il ne rase que de la mousse !

Publicités
commentaires
  1. Circé dit :

    Bon ben, désolée de casser l’ambiance là, mais les faiseurs de lames qui ne sont jamais à court d’idées et veulent ratisser ou ratiboiser large à défaut de raser ( quoique, les pubs le font très bien…), ont de nouvelles cibles depuis belle-lurette.

    Les « Vénus », hottentotes ou pas d’ailleurs qui se doivent d’avoir les aisselles, les jambes et même l’entre-jambe aussi glabres que des nouvelles-nées…

    Et comme on est plus de 51% de la population, il y en a de l’argent à gagner.
    Même que comme les femmes n’utilisaient que fort peu la mousse à raser, on a inventé pour elles des gels douches qui lavent, c’est le moins que l’on pouvait en attendre, mais aussi prépare la peau au rasage, d’où leur appellation  » lavage et rasage « …

    Pour le lavage de cerveau, on avait déjà compris, pour le rasage des prote-monnaies, voilà qui est fait des deux côtés, pas de sexisme pour se faire envoyer la monnaie…

    Malin, non ?

    Alors les gilkinson ou vilaines ginettes de la villette n’ont qu’à bien se tenir.
    A bas le hirsutisme …

    Quoique…Viivent les copines de « La Barbe !!!! »

  2. dame Lepion dit :

    Et encore, vous les hommes, vous revenez moins chers en « soins » divers que nous autres… Pour ma part, je ne tonds jamais le gazon qui envahit mon verger de cypris. Et j’apprécie la douceur d’un homme bien rasé du menton aux oreilles, sans moustache. Car une barbe de trois jours ça pique là où justement il ne faut pas.
    Je me demande -je n’y connais rien- si un bon vieux rasoir électrique Braun ne serait pas pour vous un investissement rentable, quand on connaît le prix de ces lames jetables ?

    • astringues dit :

      D’un point de vue rentabilité et à long terme, certainement.
      Par contre la qualité de rasage n’est pas la même et si les fameuses « joues bleues » ont eu leur heure de gloire, j’aime à penser que le rasage mécanique et matinal au sortir de ma douche complète mon hygiène… et parfois mon réveil 😉

Exprimez-vous sur le sujet :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s