Pensée unique, logiciel unique

Publié: 21 juillet 2011 par astringues dans Education, Société
Tags:, , , , ,

La nouvelle est tombée ce matin : les médecins généralistes ont accepté le principe de primes à la performance. Une trentaine d’objectifs fixés aux praticiens leur permettra de cumuler des points afin de pouvoir obtenir une prime en fin d’année pouvant aller jusqu’à 9000 euros.

C’est la crise

Cabinet ou boutique de soins ?

La première réaction que m’a inspiré cette nouvelle, c’est celle d’une injustice.

Autant je suis le premier à reconnaître que le travail d’un médecin mérite d’être largement rémunéré, eut égard à l’investissement en termes d’études (une bonne dizaine d’années), aux horaires de dingues que font certains et au service rendu à la société dont la santé devrait être une priorité pour tout état qui se respecte ; autant donc, je ne vois aucun inconvénient à ce que les médecins soient bien payés, autant sont-ils actuellement parmi les victimes les plus durement touchés par la crise ? À l’instar des Recteurs d’Académie il ne semble pas que leur situation financière montre un besoin urgent d’assistance et de secours.

Pas étonnant cependant qu’on cherche à récompenser certains comportements médicaux de cette façon, parce que les libéraux au pouvoir dans l’ensemble du monde aujourd’hui (pas seulement français, européen ou occidental, souvenez-vous, ça s’appelle mondialisation) ne savent rien faire d’autre.

Pensée unique

Le monde économique actuel (donc le monde) fonctionne avec deux préoccupations majeures, non, pardon, uniques : la rentabilité ou l’économie. Rentabilité pour tout ce qui produit de l’argent, économie pour tout ce qui n’en produit pas encore, à cause de ce satané Conseil national de la résistance, de l’AGCS jamais imposé en force et de toutes ces politiques sociales menées – notamment en Europe – par ces gauchistes soixante-huitards qui heureusement aujourd’hui ont bien vieilli et adorent enfin le seul vrai Dieu : le marché (pas vrai, Dany ?).

Un petit mot sur le marché : Souvent personnifié par les médias (un petit cours de novlangue s’impose), il rassemble l’ensemble des spéculateurs qui gagne leur argent en jouant avec de l’argent qui n’est pas le leur (et qui souvent est le vôtre : comptes d’épargne, assurance vie, épargne retraite, etc.). Mais ne nous éternisons pas, d’autres en parlent mieux que moi.

La pensée de ces gens-là est très simple : toute action devant donc être rentable (ou générer des économies pour l’état), il ne suffit pas qu’elle soit efficace, il faut qu’elle soit efficiente. La différence est très simple, il faut que les pratiques mises en place en fonction des besoins de l’entreprise ou de la société atteignent leur but, mais de plus qu’elle le fassent en utilisant le moins de moyens possible. En gros, fabriquez des Mercedes pour qu’on puisse les vendre, mais au coût d’une Dacia. Pour ce faire, nos sublimes penseurs néo-libéraux ont trouvé l’arme absolue : le logiciel unique.

Logiciel unique

Vu qu’un seul type de fonctionnement est retenu, quel que soit le contexte et le but des actions, une seule pratique est valable pour tous types d’activités, et de plus elle a le mérite d’être très simple. Elle s’articule en trois points :

  • Évaluation : on va, à partir d’indicateurs souvent choisis arbitrairement et à qui on fera parfois dire ce qu’on a envie d’entendre, faire une analyse de la situation dans laquelle on se trouve (coût des remboursement de la sécu, chiffre d’affaire généré par telle branche de la boîte, score des élèves de CM2 en français et en maths) ;
  • Objectivation : À partir de ces données, un contrat sera passé avec les imposé aux cadres concernés par le domaine, leur intimant de faire mieux que leurs résultats actuels (sans amélioration des moyens, souvenez-vous, on travaille dans l’efficience !) ;
  • Récompense : Carotte ou bâton, selon, mais comme les prêtres du vrai Dieu ne connaissent qu’un langage, dans la réalité ce sera prime ou pas prime.

Et voilà ! Il suffit d’appliquer la recette à tous les domaines, et ça devrait fonctionner… Je dis bien ça devrait parce que non. Ça ne fonctionne pas, mais pas du tout comme ça, en dehors du monde des commerciaux où là, moralité mise à part, ce système se défend. Et ce pour plusieurs raisons :

  • Pression sur les salariés : et en particulier sur les cadres chargés de faire redescendre la bonne parole (et quelques miettes de leur prime) sur ceux qui sont au charbon. Celle-ci est en constante augmentation et génère des dégâts considérables qui à terme sont inefficaces pour l’entreprise ou l’administration. Les médias nous ont copieusement relaté les suicides chez Renault, France Télécom ou dernièrement l’ONF, ils sont souvent liés à cette politique. Je vous recommande sur ce thème l’excellent blog d’Elsa Fayner.
  • La carotte financière ne parle pas à tout le monde. Certaines personnes n’ont pas envie d’une aumône, mais simplement de travailler dans des conditions correcte et qu’on reconnaisse la valeur de leur travail. À mon sens ce pourrait être un des rôles des syndicats que de proposer d’autres formes de valorisation des efforts des salariés.
  • Un projet de société n’est pas une marchandise : On ne peut pas comparer la vente d’abonnement internet ou celle d’un véhicule aux services de soins ou d’éducation. La santé ou l’instruction des citoyens ne peut pas être soumis à des critères marchands, c’est le rôle des états ou des institutions supra-nationales que de garantir ce minimum à leurs population, en ayant un minimum de projection vers l’avenir. C’est d’ailleurs également l’intérêt du monde économique, que d’avoir des employés instruits et en bonne santé. Mais pour cela, il faudrait au moins envisager le moyen terme, ce qui n’est pas le cas des néo-libéraux.

En attendant, lors de votre prochaine visite chez le médecin, attendez-vous à vivre des scènes du type : « Et avec votre vaccin anti-grippe, je vous met un petit dépistage du cancer du sein, madame ? Ah non, c’est pas remboursé. »

Et hop, deux objectifs atteints, les 9000 euros se rapprochent !

Publicités

Exprimez-vous sur le sujet :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s